«Patchamama te veo tan triste, Patchamama me pongo a llorar.» Manu Chao

http://rodza.zeblog.com/

Calendrier

« Avril 2014
LunMarMerJeuVenSamDim
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
282930 

Trist@N

Trist@N "Mais nous les zapatistes, nous n’avons pas pris les armes pour demander des miettes ou pour que l’on nous traite de mendiants. Nous, nous nous battons pour une véritable démocratie, une véritable liberté et pour une véritable justice pour tous. Nous luttons pour le bien de l’humanité et contre le néolibéralisme. Nous luttons pour un monde plus juste et plus humain. Pour un monde où aient leur place tous les habitants de notre planète. Mais les mauvais gouvernements, les puissants, ceux qui se considèrent seigneurs et maîtres de tout, s’acharnent à piller les richesses de nos peuples, à ravager la nature et à détruire l’humanité. Il est nécessaire et urgent que tous les gens bons et honnêtes de notre pays et de tous les pays du monde unissent leur parole, leurs luttes, leur résistance et leur digne rage. Nous avons l’espoir qu’un autre monde est possible. C’est pourquoi nous demandons et invitons tous nos frères et sœurs, tous les compañeros et compañeras du Mexique et du monde à s’organiser et à s’unir, au sein de leurs communautés, contre un ennemi commun. Il nous faut cependant chercher la manière et les mécanismes qui permettent d’unir et de mondialiser nos luttes, nos résistances et notre rébellion. Ce ne sera possible que si nous nous proposons de marcher ensemble et de lutter ensemble sans qu’importent les temps et les distances que nous rencontrons."

Blog

Catégories

Derniers billets

Pages

Compteurs

Liens

Fils RSS

Facebook vit-il ses dernières heures ?

Par Trist@N :: 08/09/2011 à 20:03 :: Videos

La célèbre entreprise du jeune Mark Zuckerberg connait un succès planétaire. Créée en 2004, Facebook compte aujourd’hui plus de 700 millions d’utilisateurs.

Le triomphe de cette plateforme s’explique en partie par le fait qu’elle a révolutionnée la façon de communiquer sur internet. En plus de discuter instantanément chacun peut à présent partager une grande diversité de données avec ses « amis ». Parmi ses données figurent les informations personnelles que les utilisateurs entre sur leur profil.

C’est dans ce contexte que depuis sa création, Facebook a essuyé de nombreuses controverses au sujet de la protection de la vie privée. En effet le réseau social n’hésite pas à utiliser et même vendre à des entreprises ou même à des agences gouvernementales les informations de ses utilisateurs. Cela permet entre aux autres aux publicitaires de cibler au maximum la clientèle potentiellement intéressée par un produit.

C’est en dénonçant vivement ce phénomène qu’un groupe de hackers est venu créer le buzz sur internet en annonçant la mort prochaine de Facebook. Canular ou vrai menace pour l’entreprise ? Il est vrai que l’idée d’un groupe de geeks militants qui attaquent une multinationale réalisant des milliards de profits peut faire sourire. Cependant les messages sont signés des Anonymous et s’il s’avère qu’il s’agit bien d’eux Facebook à peut-être de quoi s’inquiéter.

Les Anonymous sont un groupe de « cyber militants » créé dans la même période que Facebook et qui revendique notamment avec ferveur le droit de liberté d’expression sur internet et ailleurs. Sur internet ils ne dévoilent jamais leur identité et lorsqu’ils font des manifestations physiques ils apparaissent masqués. Ils se sont fait connaitre grâce aux nombreuses actions commises ces dernières années.

En 2010 en réaction au refus de plusieurs banques de garder Wikileaks comme client, les Anonymous ont littéralement fait planter les sites internet de PayPal, Visa et Mastercard. Début 2011, ils ont menés des actions pour soutenir le printemps arabe : huit sites gouvernementaux ou proches de la présidence tunisienne ont été mis hors service par saturation de leurs serveurs, même tarif pour les sites officiels du régime de Mubarak pendant la révolution égyptienne.

Enfin plus récemment (le 7 août) le site du ministère de la défense syrien a été mis hors d’usage quelques jours tout en laissant un message sur la page d’accueil du site : « Au peuple syrien, le monde est à vos côtés, contre le régime brutal de Bachar Al-Assad. Sachez que le temps et l'histoire sont de votre côté. »

Les Anonymous ont donc un tableau de chasse déjà bien rempli, mais rien ne prouve qu’ils parviennent à détruire le géant qu’est Facebook. Car il s’agit bien dans les messages une volonté affichée de « tuer Facebook » non pas de le mettre hors d’usage quelques temps.

Insistant sur le fait que supprimer son compte est « impossible », que les paramètres de confidentialité sont une « illusion » et que «  facebook vous connaît mieux que votre famille », les cybers militants prônent que leur action est « juste ».

Quoiqu’il en soit la date est fixée : il s’agit du 5 novembre, jour qui  fait référence à la bande-dessinée V pour Vendetta, dans lequel le personnage "V" mène ses plans à exécution ce jour là. Un « jour qui sera marqué dans l’histoire ».

Affaire à suivre.


 

Liliane Bettencourt va payer quatre fois moins d’impôts

Par Trist@N :: 26/04/2011 à 22:24 :: Général
Par Agnès Rousseaux (26 avril 2011)


Liliane Bettencourt peut dormir tranquille. La réforme fiscale proposée par Nicolas Sarkozy devrait lui permettre de payer quatre fois moins d’impôts en 2012, et peut-être même en 2011. Soit 10 millions d’euros d’impôt sur le revenu et d’ISF, au lieu de 40 millions en 2010. C’est ce que révèle le Canard Enchaîné. La raison ? La baisse du taux de l’ISF devrait être appliquée dès 2011 (passant de 1,8% à 0,5%). Par contre, le bouclier fiscal est calculé sur les revenus perçus deux ans auparavant, et devrait donc encore s’appliquer en 2012.

Pendant un ou deux ans, Liliane Bettencourt paiera donc beaucoup moins d’ISF (seulement 10 millions d’euros) et elle devrait toujours bénéficier de 32 millions d’euros de bouclier fiscal [1]. Ce qui fait un total de 10 millions euros d’impôt, pour la deuxième femme la plus riche du monde ! Qui pourtant ne payait déjà pas beaucoup d’impôt : 40 millions en 2010 pour des revenus estimés à 250 millions par an. Avec ce nouveau calcul, son taux d’imposition global sera de 4% de ses revenus. Soit, précise le Canard Enchaîné, le même taux qu’un contribuable gagnant 1.300 euros par an !

Ce calcul s’applique à tous les bénéficiaires de l’ISF et du bouclier fiscal. Un petit « bonus fiscal » qui doit faire plaisir à quelques riches amis de Nicolas Sarkozy. D’ici à 2012, peut-être d’autres réformes fiscales viendront leur apporter quelques cadeaux supplémentaires ? La semaine dernière, Liliane Bettencourt déclarait au Figaro : « Je suis heureuse de vivre en paix » ! Sa situation financière, dit-elle, lui « donne des possibilités, des exigences envers [elle-même] et surtout des responsabilités envers les autres »... « Tous les avoirs qui s’étaient égarés à l’étranger ont été rapatriés en attendant que Bercy envoie la facture fin juillet », selon Le Figaro [2]. Maintenant que le problème d’évasion fiscale de madame Bettencourt a été (plus ou moins) réglé, peut-on s’attaquer à la question de la justice fiscale ?
Notes

[1] Soit l’équivalent de ce qu’elle paye en impôt sur le revenu

[2] une facture qui représente 35 millions d’euros selon le Canard Enchaîné


source Bastamag

Stop à l'acharnement contre les étrangers

Par Trist@N :: 28/02/2011 à 22:37 :: Général
«Contre le racisme, la politique d'immigration du gouvernement et pour la régularisation des sans-papiers : mobilisons-nous !»: Olivier Le Cour Grandmaison lance un appel en vue d'une mobilisation «unitaire et nationale» en mai prochain. A la veille de l'examen du projet de loi Besson-Hortefeux par le Sénat, il analyse pour Mediapart quatre ans de stigmatisation des étrangers.


--------------

« Bien sûr, nous savons tous qu'une immigration maîtrisée est un enrichissement pour la vie de la cité (...). Mais il y a aussi le pire, produit en grande partie par trente années d'une immigration non gérée : les cités ghettos, les squats, les phénomènes de bandes, les violences urbaines, comme celles que la France a connues il y a deux ans, lors de l'automne 2005. Pour beaucoup de nos compatriotes, l'immigration est une source d'inquiétudes. Ils y voient une menace pour leur sécurité, pour leur emploi, leur mode de vie. » B. Hortefeux. 18 septembre 2007. Assemblée nationale.
« Si on ne maîtrise pas les flux migratoires, on organise le collapse de notre système d'intégration, les ghettos aux portes de nos villes. » N. Sarkozy. Intervention télévisée du 17 novembre 2010.


Cette semaine, Brice Hortefeux défendra au Sénat le projet loi de l'ancien ministre de l'immigration, de l'intégration, de l'identité nationale et du développement solidaire, Eric Besson, appelé à exercer d'autres responsabilités ministérielles après avoir servi la politique souhaitée par le chef de l'Etat avec un zèle remarquable mais sinistre. Ce projet vise, entre autres, à étendre la déchéance de la nationalité pour les Français naturalisés depuis moins de dix ans condamnés pour meurtre d'agents dépositaires de l'autorité publique, conformément aux injonctions démagogiques de Nicolas Sarkozy exposées lors du discours de Grenoble, qui fut le prélude à une nouvelle offensive sécuritaire et à la chasse aux Roms. Peu après ces mâles propos présidentiels, rappelons à ceux qui ont la mémoire courte et par trop hexagonale que le Comité de l'ONU pour l'élimination de la discrimination raciale (CERD) s'est officiellement inquiété de ces orientations. De même, le rapporteur de la session, l'Américain P-R. Prosper, qui constatait « une recrudescence » des actes racistes en France et l'absence d'une « vraie volonté politique » pour les combattre. Admirable bilan !

A cela s'ajoute le durcissement des conditions d'entrée et de séjour des étrangers puisque le projet Besson-Hortefeux a pour objectif de limiter une fois encore leurs prérogatives. De plus, prenant prétexte de l'adoption par le Parlement de Strasbourg de la directive « Retour », aussi appelée « directive de la honte », votée le 12 juin 2008 et condamnée par plusieurs chancelleries –Argentine, Chili, Brésil notamment– et chefs d'Etats étrangers comme le président bolivien Evo Morales, le gouvernement s'apprête à porter la rétention à quarante-cinq jours et à autoriser les préfets à prononcer à l'encontre des expulsés une interdiction de retour sur le territoire français pour une durée de cinq ans ce qui revient à établir une sorte de double peine. Enfin, ce projet doit permettre la création de « zone d'attente flottante » où les étrangers concernés seront soumis à des procédures accélérées et dérogatoires au droit commun.


L'ensemble de ces dispositions prouve ceci : la disparition du ministère de l'immigration et de l'identité nationale, contrairement à ce qui fut dit ici et là par des commentateurs pressés, ne change strictement rien aux orientations de ce gouvernement qui persévère dans la stigmatisation des étrangers et des sans-papiers, et ne cesse de proposer des mesures toujours plus restrictives à l'encontre des allochtones qui résident en France ou cherchent à s'y installer. A preuve, au lendemain du dernier remaniement ministériel, un conseiller de l'Elysée affirmait que le ministre de l'intérieur, Brice Hortefeux, allait utiliser les « mêmes locaux » et les « mêmes services », et, pour être sûr de bien se faire comprendre, le premier ajoutait : « Il n'y aura aucun changement de la politique » en matière d'immigration. Quant à l'actuel occupant de la Place Beauvau, il déclarait vouloir mettre « ses pas » dans ceux d'Eric Besson en saluant son action passée lorsqu'il dirigeait le ministère aujourd'hui supprimé. Bref, quelques changements de façade alors que rien ne change sur le fond cependant que le rattachement de l'immigration au ministère de l'intérieur contribue à entretenir sans fin le préjugé selon lequel « la gestion des flux migratoires » est d'abord et avant tout une affaire de police en raison des nombreux troubles à l'ordre public que ces « flux » sont supposés engendrer. Et c'est ainsi que perdure, sous une autre forme, une administration ad hoc chargée d'appliquer les orientations que l'on sait.

Continuité donc de la politique mise en œuvre antérieurement qui, « grâce » aux efforts des ministres, préfets, policiers et gendarmes, s'est traduite par 29.796 expulsions en 2008, 27.000 en 2009 et près de 28.000 en 2010. Formidables résultats en effet qu'illustre aussi le fait qu'en 2009 plus de 300 enfants –deux fois plus qu'en 2004 selon un rapport accablant et circonstancié de la Cimade publié au mois d'octobre de l'année dernière– ont été placés en centre de rétention au mépris de la Convention internationale sur les droits de l'enfant pourtant ratifiée par la France. Le plus jeune des retenus dans la douce France présidée par Nicolas Sarkozy et gouvernée par François Fillon ? Un nourrisson de sept mois et ses parents, heureusement remis en liberté par un juge messin qui a estimé que cette situation était constitutive d'un « traitement inhumain et dégradant » contraire à la Convention européenne des droits de l'homme. De son côté, le commissaire européen des droits de l'homme, Thomas Hammarberg, a écrit à l'ancien ministre de l'Immigration, Eric Besson, pour s'élever contre ces pratiques et lui rappeler que « la place d'un enfant n'est pas en rétention ». Réponse de ce dernier : « l'accueil des familles avec des mineurs se fait dans des centres adaptés » !

Sachant que pour parvenir aux résultats précités, les services de police et de gendarmerie doivent procéder à un nombre d'arrestations au moins trois fois plus élevé, cela signifie que depuis 2007 près de 280 000 étrangers ont été interpellés soit 250 par jour. Chaque heure qui passe, 10 personnes sont visées par les contrôles des forces de l'ordre. Un tel acharnement est inédit sous la Cinquième République ; il ravale les quelques charters organisés par Charles Pasqua, lorsqu'il sévissait place Beauvau, au rang de gesticulation sans lendemain. Aux bricolages populistes, xénophobes et déjà racoleurs de cet ancien ministre, a succédé un véritable dispositif politique, juridique, administratif et policier impitoyable, conçu et organisé pour traquer, rafler et expulser ceux qui sont désignés comme de nouveaux ennemis intérieurs jugés responsables de nombreux maux sécuritaires et sociaux qu'il faut conjurer au plus vite pour sauver la France des périls supposés menacer sa cohésion, sa tranquillité et son identité.

Relativement à l'immigration, les gouvernements qui se sont succédé depuis l'élection de Nicolas Sarkozy à la présidence de la République, en 2007, sont trop longtemps demeurés forts de la faible riposte et des initiatives nécessaires mais trop souvent dispersées des gauches parlementaires et radicales, des syndicats de salariés, d'étudiants et de lycéens, et des associations diverses. Les uns demandent la régularisation des travailleurs en situation irrégulière, les autres celle de jeunes « clandestins » inscrits dans des établissements scolaires et universitaires alors que tous sont victimes d'un même acharnement et d'un même arbitraire. Contre cette politique gouvernementale, qui porte atteinte à des droits fondamentaux, menace gravement le droit d'asile et ruine l'existence des étrangers visés, ces actions demeurent insuffisantes. La résistance doit désormais s'organiser dans toute la France. Tel est le sens de l'Appel pour une mobilisation nationale et unitaire contre le racisme, la politique d'immigration du gouvernement et pour la régularisation des sans-papiers.

• • • • •

Olivier Le Cour Grandmaison (universitaire) a notamment publié sous sa direction Douce France. Rafles. Rétentions .Expulsions, Seuil/Resf, 2009.

Pour signer l'Appel et prendre connaissance de l'ensemble des signatures collectives et individuelles: http://www.reseau-terra.info/wordpress/?p=641

source : Mediapart

Appel pressant des dissidents Égyptiens

Par Trist@N :: 06/02/2011 à 21:40 :: Général

Traduction de l’appel à la solidarité des résistants égyptiens publié sur Facebook et Twitter avant la censure totale d’internet par Mubarak.


À tous les peuples du monde 


Le peuple égyptien est assiégé par le gouvernement. Le régime de Mubarak est en train de fermer l’accès à Facebook, Twitter, etc… Internet est aujourd’hui complè­tement bloqué en Égypte. Et demain le gouvernement projette de bloquer les 3 réseaux de téléphonie mobile. Il y a des rumeurs comme quoi même les lignes fixes seront coupées, pour empêcher tout média de couvrir ce qui se passe.

La ville de Suez est déjà en état de siège. Le gouvernement a coupé l’eau et l’électricité, et les gens, enfants et personnes âgées inclus, en souffrent déjà. Les patients dans les hôpitaux ne peuvent recevoir d’aide médicale. Les résistants blessés sont couchés dans la rue, et la police anti-émeute empêche les gens de les aider. Les familles des résistants tués ne peuvent récupérer les corps de leurs enfants pour les enterrer. C’est la même chose dans la ville d’El-Sheikh et dans l’ouest de l’Egypte (Al-Salom). La police réprime les émeutiers à Ismailia, Alexandrie, Fayoum, Shbin Elkoum, et dans la capitale, Le Caire.

Le gouvernement se prépare à la répression dans toute l’Égypte. Ils utilisent des bombes lacrymogènes, des balles en plastiques, des armes chimiques (du gaz moutarde) contre les manifestants. Quelques personnes sont mortes aujourd’hui faces aux tanks de la police. Des officiels en civil portent des épées pour intimider les émeutiers. Des voyous employés par le ministère de l’intérieur sillonnent la capitale, mettant le feu aux voitures pour diaboliser les manifestants et justifier la répression.

Tout ceci est arrivé pendant 3 jours de manifestations pacifiques au Caire et dans d’autres villes. Maintenant, avec le silence des médias locaux et le manque de cou­verture des médias internationaux, Mubarak et son gang bloquent tous les relais qui pourraient diffuser des informations sur ce qui se passe ici.

Des gens qui se battent pour leur liberté ont besoin de votre soutien. Allez-vous les aider ?


Les activistes inondent le net (youtube et autres) avec des milliers de photos et de vidéos montrant la police tirant à vue sur des gens sans défense. La police a com­mencé à tirer sur les manifestants à balles réelles. Une fille de 15 ans a été blessée et un homme de 25 ans a été touché à la bouche. Tandis que rien de tout cela n’est apparu dans les médias, ça sera encore pire demain. Resterez-vous silen­cieux ? Garderez-vous vos bouches fermées devant toute cette cruauté ? Nous ne demandons pas beaucoup, juste que vous relayiez ce qui nous arrive.

Les dissidents Égyptiens

source :Rebellyon


2ème videowall

Par Trist@N :: 15/02/2009 à 16:04 :: Videos
Copyright © «Patchamama te veo tan triste, Patchamama me pongo a llorar.» Manu Chao - Blog créé avec ZeBlog